La sieste pour les plus de 2 ans

On a coutume de dire qu’avant 5 ans, un enfant a besoin de faire la sieste. Bénéfique pour sa croissance, elle le serait aussi pour son comportement mais surtout pour l’aider à se reposer et s’offrir un moment de calme, loin de toute stimulation extérieure, favorisant ensuite un sommeil nocturne sans réveil. Pratiquée très largement en maternelle, notamment en petite et moyenne section, la sieste ne serait pourtant, selon certaines études, pas aussi bénéfique qu’il n’y parait. Explications…

Haro sur les siestes

Selon certaines études scientifiques, faire faire la sieste à un enfant de plus de deux ans aurait des répercussions négatives sur la qualité de son sommeil nocturne. Difficultés à s’endormir tôt mais aussi nombreux réveils nocturnes qui impacteraient sa nuit et le rendraient somnolent et fatigué le matin, voire en feraient un petit monstre grognon. Le glas de la sacro-sainte sieste dont on nous vante les mérites depuis une dizaine d’années aurait-il sonné ?

Détrompez-vous. Dormir suffisamment  est pour votre enfant aussi essentiel qu’être nourri ou être aimé. Bien plus qu’un simple temps de repos, la sieste chez l’enfant aura un effet bénéfique sur sa croissance, son immunité mais également sur le renforcement de son ossature.

Un temps de repos plus que nécessaire

La science nous indique que la sieste serait néfaste or si l’on s’attarde à regarder un enfant de deux ans, force est de constater, que pour un tout petit qui aspire à devenir grand et à découvrir le monde, une journée en continue faite de jeux, c’est loin d’être de tout repos.

 En conséquence ? Un petit bout épuisé dés 17h30 qui sollicite les bras de sa maman, pleurniche, boude et fait des colères pour cause d’extrême fatigue. Pour éviter l’hystérie familiale, pourquoi ne pas envisager un compromis entre les deux parties ?

Une décision qui partage et  qui, quoi qu’il en soit, reste un choix familial et d’éducation. Les pharmaciens de Mon Concept Santé sont à votre écoute pour vous aider à accompagner vos enfants sur le chemin des bras de Morphée.