Vegan, végétarien, végétalien … Quelles différences, quels risques & quels bénéfices sur votre santé ?   

 

 

Cette semaine je vous retrouve pour parler de cette nouvelle tendance très en vogue du véganisme. Mais qu'est ce que le véganisme ? Et en quoi diffère t-il du végétarisme ou du végétalisme ? Voilà quelques notions que nous devons cerner avant d'en donner les avantages et les inconvénients sur votre santé. Allez, c'est parti !

 

Commençons par le végétarisme. Il s'agit d'un mode alimentaire qui exclu totalement de l'alimentation les animaux (viandes, poissons). Cependant, les végétariens peuvent consommer ce que produisent les animaux (miel, œuf, lait). C'est en cela que diffère le végétalisme qui exclu quant à lui de l'alimentation non seulement les animaux mais également les produits des animaux.

 

Quant au véganisme maintenant, il s'étant à une philosophie visant à proscrire la souffrance animale. Il s'agit ici non plus d'un régime alimentaire mais plutôt d'un mode de vie et d'une philosophie de pensée. Ainsi les végans ne consomment ni les animaux, ni les produits des animaux mais également ils n'utilisent ni laine, soie ou cuir pour se vêtir et portent une attention toute particulière à leurs cosmétiques pour que ces derniers ne contiennent pas de produits issus des animaux et n’achètent pas de cosmétiques testés sur les animaux. Il s'agit donc d'un mode de vie engagé dans la défense de la condition animale.

 

 

Maintenant que les choses sont posées, quels sont les bénéfices et les risques de tels régimes alimentaires ?

 

On ne peut pas nier que les bénéfices sont très grands. Pour ne citez qu'eux, on constate chez les personnes végétariennes, végétaliennes ou végan un taux de cholestérol sanguin très bas, un très faible taux de diabète, une diminution de la prévalence des maladies inflammatoires, une meilleure qualité de la peau ainsi qu'une meilleure forme physique. Tous ces bénéfices sont dus à la consommation en grande quantité de fruits, légumes et céréales complètes qui contiennent beaucoup de fibres, d'antioxydants et de vitamines ; et parallèlement une très faible consommation d'acides gras saturés.

 

Cependant ces régimes alimentaires excluant pour tout ou partie les aliments d'origines animales peuvent entraîner des carences. Ces carences se situent principalement au niveau de la vitamine B12, des protéines, du Fer, ainsi que des EPA et DHA.

La vitamine B12 est une vitamine essentielle à la formation de globules rouges ainsi qu'à la formation de la gaine de protection (myéline) du système nerveux. Cette vitamine se trouve, dans sa forme active, exclusivement dans les aliments d'origine animale. Cependant, notons que l'on trouve une forme assimilable de B12 dans la spiruline (sous forme de méthylcobalamine).

Dans le cas des végétariens, du fait de leur consommation de lait et d’œuf, les carences sont faibles.

En revanche, chez les végétaliens ou végan, les carences sont quasi-systématiques (92% des végétaliens sont carencés en B12). C'est pourquoi un suivi médical et/ou diététique est primordial si vous souhaitez adoptez un tel régime alimentaire afin d'envisager une supplémentation en B12, ou, le cas échéant, permettre un enrichissement de votre alimentation de cette vitamine.

 

Les protéines sont des molécules constituées d'acides aminées. La plupart des acides aminés peuvent être fabriqués par l'organisme. Je dis la plupart car 8 d'entre eux ne peuvent être synthétisés par votre corps et doivent donc obligatoirement être apportés par l'alimentation. Ces 8 acides aminés doivent être apportés en même temps et dans de bonnes proportion afin que le renouvellement des protéines de l'organisme puisse se faire correctement 

Les protéines d'origines animales sont dites de très haute valeur biologiques car elles contiennent ces 8 acides aminés.

En revanche, les protéines végétales comportent souvent ce que l'on appelle un « facteur limitant », c'est à dire qu'ils leur manque 1 voir plusieurs de ces acides aminés indispensables. Afin que le corps puisse fonctionner correctement, il faudra donc veiller à associer plusieurs protéines végétales ensemble. (comme par exemple le riz et les lentilles).

Notons que seul le soja, protéine d'origine végétale comporte ces 8 acides aminés indispensable. Il est cependant à consommer avec modération et d'origine biologique de préférence.

 

Un régime végétarien risque également d'entraîner une carence en fer. En effet, le fer contenu dans les végétaux se trouve dans une forme moins bien assimilable que le fer contenu dans les animaux. Il est conseillé (notamment aux femmes dont le besoin en fer est plus élevé que l'homme en raison des pertes menstruelles) de porter une attention particulière à la quantité de fer apportée chaque jour à l’organisme.

 

Enfin, le DHA (acide docosahexaenoïque) est la forme la plus active d'oméga 3. Il est indispensable au bon fonctionnement du système nerveux, de la mémoire et du système cardiovasculaire. On le trouve principalement dans les aliments d'origine animal et les végétariens s'en trouvent donc carencés. Mon conseil sera donc le même que pour les possibles carences évoqués plus haut : un conseil de votre médecin et/ou diététicien s'avère ici primordial pour vous permettre d'éviter ces carences.

 

J’espère que ces quelques points vous aiderons, à très bientôt pour un nouvel article !

 

Charlotte.